Features, Reviews
Leave a Comment

A cider bar in wine country

Market day in Saumur is everything you hope it could be. The Plaza Saint-Pierre, normally adorned with hundreds of tables and chairs, is now filled with dozens of stalls selling juicy, ripe melons, pungent cheeses and saucisson, local wines, live poultry and delectable pastries, amongst many other scrumptious-looking and waistline-enhancing foods. As I weave in and out of the crowds and stalls searching for a gift or something to eat a small neon sign catches my eye in the distance: “Bar à Cidre & Bonne Galette”. Could it be? A cider bar in the heart of the Loire valley?Surely not. I had resigned myself to having very little cider on this trip, the supermarket selection reinforcing my assumptions (knowing what I do thanks to Adam’s excellent interview with Camille), but as I walk up to the menu outside; sure enough, wonderful French ciders by the bottle to accompany an array of delicious crêpes and galettes. 

Short on time, we made a plan to return and a few days later we arrive at the early end of their lunchtime opening hours and are rewarded with a perfectly positioned table outside, just in the shade on what is a very hot summer day. The service was prompt and excellent, the server engaging with us in French and being very patient as I spoke my limited vocabulary. The menu was extensive with a wide range of traditional, more modern and even experimental ciders and a poire on offer, each with suggested food matching.

We opted for a more traditional cider in “la ferme du pressoir” a Médaille de Bronze winner in 2020 and ordered the Brut. Galettes were a different story as we both went for “the Saumuroise” which had Mexican spiced ground beef and guacamole, not your usual French flavours. The cider arrived along with an ice bucket and as the server popped the cork we were greeted by the wonderful aromas of a very good cider, dutifully poured into our wine glasses. 

I leaned back and just soaked up the atmosphere, French city workers sat on the table next to me laughing and enjoying their kebab and chips. The wonderful effect of several different establishments all being so close is that their tables almost intertwine. Different tastes and styles hemmed in next to each other, but all enjoying the common desire of sustenance and company. Fellow tourists joined other tables around us and soon that familiar sound of a popping cork echoed around the square. 

Remy Viel – Cidre Fermier Du Pressoir Brut (5.5% – unknown vintage)

From the label “This traditional farm cider was made from pure cider apple juice.  Thus, by taking up the simple and natural manufacturing bases of our ancestors, here is the opportunity to find and appreciate its tonic, refreshing value, its frank taste with an incomparable bouquet.”

Colour: bright gold and cloudy caramel, good pétillante carbonation 

On the nose: rich, ripe fruit and pressed juice. Caramelised apples, pomace and pressing cloths along with hints of wooden barrels. 

In the mouth: very well balanced, gentle acidity gives bite along with a touch of sweetness and some bitterness all adding up to a well rounded mouth feel. Flavours of ripe red apples and yellow stone fruits; nectarines and apricots joined by hints of caramel and calvados. As it warms in the glass you get a touch more bitterness and astringency as it takes on more of those woody notes from the nose. 

In a nutshell: traditional french cider at its best, I could have kept my nose in the glass for hours.

The galette was delicious, the subtle spices of the beef and robust balsamic salad dressing contrasting very well with the cider. Feeling particularly greedy and aware that our son would be getting a dessert, we ordered the “confit pomme tapée”crêpe to share which was just superb. Buttery crêpe slathered with decadent marmalade like sweetness. Tapped apples were another fascinating find just outside Saumur at Turquant where they have revived a historic practice of dehydrating and squashing apples for sailors to take on board their ships to keep scurvy at bay. An approach born out of necessity following the devastating Great French Wine Blight [Caused by phylloxera – Ed] of the mid-19th century which destroyed over 40% of French grape vines. Now a small museum and experience to attract tourists. A little pricey to buy the apples, but the tour and tasting is well worth it, especially if you opt for the apple rehydrated in mulled red wine.

Got stuck in before I remembered to take a picture

Back to the moment in hand and as I swilled the final liquid remains of the cider round my glass and engulfed the rich aroma, I couldn’t resist asking if it was possible to take away a bottle, thankfully it was and I opted for a Kystin, a producer Adam has encountered before, as have I on a Fine Cider Friday

This one I brought all the way back home in an attempt to relive the memories of that sunny day in the city square of Saumur. As with all these things there is no substitute for the real thing, but despite the change in surroundings, the same sun was still shining and the cork made the same pop as it fired out of the bottle. 

Kystin – Opalyne (5% – unknown vintage)

From the label – “A gustatory, sensory, timeless journey to the heart of the Celtic countries. A honeyed dress announces the colour: the suite is exquisite! Creamy and airy, incredibly persistent, its <signature> foam sublimates a mouth with silky bubbles. Perfect balance, haute-couture model, the forbidden fruit takes on its finest velvet here.”

Colour: copper

On the nose: orange zest and Tarte Tatin along with oak barrels and fruit spirit. It’s as if Cointreau and Calvados had a little distilled baby and bathed it in apple juice.

In the mouth: again beautifully balanced, just enough acidity to lift the fruit, bitterness to fill the cheeks and sweetness to line the tongue. Lots of dried fruit on the palate, apples partnered with apricots and mango. A gentle amount of cinnamon and faint clove add some spice, as well as elements of pith and wood. The carbonation is more gentle than the Cidre fermier which allows the sweetness to feel a bit more viscous as the cider warms, but there is still plenty of ripe apple fruit on the finish. I’d definitely follow BCBG’s recommendation here that this would be a perfect accompaniment to dessert.   

In a nutshell: a fantastic and well balanced expression of the fruit that craves French pastry.

Conclusions

We loved BCBG so much we tried to return on our last day but sadly even before 1pm their tables were full for lunch. The atmosphere, the eclectic mix of background music (I heard “Brimful of Asha” at one point), coupled with the menu and cider offerings was just perfect. I’ve visited a fair bit of France over the years, from Normandy to the Ardèche, but this was one spot I really fell in love with. The Loire valley is just stunning and the wine … the wine was enough to make me forget about cider (almost) for a couple of weeks — more on that another time. If you ever find yourself near Saumur, make sure you visit BCBG, but get there early as the tables fill up very quickly and rightly so. 

I did reach out to BCBG in the hope of getting a few questions answered but I fear my google translation was somewhat weak, coupled with an extremely busy time for them. I shall just have to go back. 

En Français

Un bar à cidre dans le pays du vin

Le jour du marché à Saumur est tout ce que vous espérez qu’il pourrait être.  La Plaza Saint-Pierre, normalement ornée de centaines de tables et de chaises, est maintenant remplie de dizaines d’étals vendant des melons mûrs juteux, des fromages et des saucissons piquants, des vins locaux, de la volaille vivante et de délicieuses pâtisseries, parmi de nombreux autres aliments succulents qui améliorent la taille.  Alors que je me faufile entre la foule et les étals à la recherche d’un cadeau ou de quelque chose à manger, une petite enseigne au néon attire mon attention au loin : « Barà Cidra & Bonne Galette ».  Est-ce que ça pourrait être?  Une cidrerie au coeur de la vallée de la Loire ? Sûrement pas.  Je m’étais résigné à avoir très peu de cidre lors de ce voyage, la sélection du supermarché renforçant mes hypothèses (sachant ce que je fais grâce à l’excellente interview d’Adam avec Camille), mais en marchant vers le menu à l’extérieur;  bien sûr, de merveilleux cidres français à la bouteille pour accompagner un éventail de délicieuses crêpes et galettes.

À court de temps, nous avons prévu de revenir et quelques jours plus tard, nous arrivons au début de leurs heures d’ouverture du midi et sommes récompensés par une table parfaitement positionnée à l’extérieur, juste à l’ombre par une très chaude journée d’été.  Le service était rapide et excellent, le serveur s’engageant avec nous en français et étant très patient alors que je parlais mon vocabulaire limité.  Le menu était vaste avec une large gamme de cidres traditionnels, plus modernes et même expérimentaux et une poire proposés, chacun avec des suggestions d’accords mets-vins.

Nous avons opté pour un cidre plus traditionnel à “la ferme du pressoir” médaillé de bronze en 2020 et avons commandé le Brut.  Les galettes étaient une autre histoire car nous avons tous les deux opté pour «la Saumuroise» qui avait du bœuf haché épicé mexicain et du guacamole, pas vos saveurs françaises habituelles.  Le cidre est arrivé avec un seau à glace et lorsque le serveur a fait sauter le bouchon, nous avons été accueillis par les merveilleux arômes d’un très bon cidre, consciencieusement versé dans nos verres à vin.

Je me suis penché en arrière et j’ai juste absorbé l’atmosphère, les ouvriers de la ville française se sont assis sur la table à côté de moi en riant et en appréciant leur kebab et leurs frites.  Le merveilleux effet de plusieurs établissements différents étant tous si proches est que leurs tables s’entremêlent presque.  Des goûts et des styles différents serrés les uns à côté des autres, mais tous jouissant du désir commun de se nourrir et de se tenir compagnie.  D’autres touristes se sont joints à d’autres tables autour de nous et bientôt ce son familier d’un bouchon qui saute a fait écho autour de la place.

Remy Viel – Cidre Fermier Du Pressoir Brut (5.5%)

“Ce cidre fermier traditonnel a été élaboré à partir de pur jus de pommes à cidre. Ainsi, en reprenant les bases de fabrication simples et naturelles de nos ancêtres, voici l’occasion de retrouver et d’apprécier sa valeur tonique, refraîchissante, son goût franc au bouquet incomparable.”

Couleur: or brillant et caramel nuageux, bonne carbonatation pétillante

Au nez: fruits riches et mûrs et jus pressé.  Pommes caramélisées, marc et torchons avec des notes de fûts en bois.

En bouche: très bien équilibré, une acidité douce donne du mordant ainsi qu’une touche de douceur et une certaine amertume qui s’ajoutent à une sensation en bouche bien ronde.  Flaveurs de pommes rouges mûres et de fruits jaunes à noyau;  nectarines et abricots rejoints par des notes de caramel et de calvados.  Au fur et à mesure qu’il se réchauffe dans le verre, vous obtenez une touche plus d’amertume et d’astringence car il prend plus de ces notes boisées du nez.

En un mot: cidre traditionnel français à son meilleur, j’aurais pu garder le nez dans le verre pendant des heures.

La galette était délicieuse, les épices subtiles du bœuf et la vinaigrette balsamique robuste contrastant très bien avec le cidre.  Particulièrement gourmands et conscients que notre fils allait avoir un dessert, nous avons commandé la crêpe « pomme tapée confite » à partager qui était tout simplement superbe.  Crêpe au beurre recouverte de marmelade décadente comme une douceur.  Les pommes tapées étaient une autre trouvaille fascinante juste à l’extérieur de Saumur à Turquant où ils ont relancé une pratique historique de déshydratation et d’écrasement des pommes pour que les marins les embarquent à bord de leurs navires pour éloigner le scorbut.  Une approche née de la nécessité suite au dévastateur Great French Wine Blight du milieu du XIXe siècle qui a détruit plus de 40% des vignes françaises.  Maintenant un petit musée et une expérience pour attirer les touristes.  Un peu cher pour acheter les pommes, mais la visite et la dégustation en valent la peine, surtout si vous optez pour la pomme réhydratée au vin rouge chaud.

Revenons au moment présent et alors que je versais les derniers restes liquides du cidre autour de mon verre et engloutissais le riche arôme, je n’ai pas pu m’empêcher de demander s’il était possible d’emporter une bouteille, heureusement c’était le cas et j’ai opté pour un  Kystin, un producteur qu’Adam a déjà rencontré, tout comme moi lors d’un vendredi du cidre fin.

 Celui-ci que j’ai ramené chez moi pour tenter de revivre les souvenirs de cette journée ensoleillée sur la place de la ville de Saumur.  Comme pour toutes ces choses, il n’y a pas de substitut à la vraie chose, mais malgré le changement d’environnement, le même soleil brillait toujours et le bouchon faisait le même pop qu’il sortait de la bouteille.

Kystin – Opalyne (5%)

“Un voyage gustatif, sensoriel, intemporel au coeur des Pays Celtes.Une robe miellée annonce la couleur: la suite est exquise! Crémeuse et aérienne, incoryablement persistante, sa mousse <signature> sublime une bouche à la bulle soyeuse. Equilibre parfait, modèle haute-couture, le fruit défendu se parci ici de son plus beau velours.”

Couleur: cuivre

Au nez: zeste d’orange et Tarte Tatin accompagnés de fûts de chêne et d’alcool de fruits.  C’est comme si Cointreau et Calvados avaient un petit bébé distillé et le baignaient dans du jus de pomme.

En bouche: encore un bel équilibre, juste ce qu’il faut d’acidité pour relever le fruit, de l’amertume pour remplir les joues et de la douceur pour tapisser la langue.  Beaucoup de fruits secs en bouche, des pommes associées à des abricots et à la mangue.  Une légère quantité de cannelle et de clou de girofle léger ajoute du piquant, ainsi que des éléments de moelle et de bois.  La carbonatation est plus douce que celle du Cidre fermier, ce qui permet à la douceur de se sentir un peu plus visqueuse à mesure que le cidre se réchauffe, mais il y a encore beaucoup de pomme mûre en finale.  Je suivrais certainement la recommandation de BCBG ici selon laquelle ce serait un accompagnement parfait pour le dessert.

En un mot: une expression fantastique et bien équilibrée du fruit qui raffole de la pâtisserie française.

Conclusions

Nous avons tellement aimé BCBG que nous avons essayé de revenir le dernier jour, mais malheureusement, même avant 13 heures, leurs tables étaient pleines pour le déjeuner.  L’atmosphère, le mélange éclectique de musique de fond (j’ai entendu «Brimful of Asha» à un moment donné), couplé au menu et aux offres de cidre était tout simplement parfait.  J’ai visité une bonne partie de la France au fil des ans, de la Normandie à l’Ardèche, mais c’est un endroit dont je suis vraiment tombé amoureux.  La vallée de la Loire est tout simplement magnifique et le vin… le vin était suffisant pour me faire oublier le cidre (presque) pendant quelques semaines, plus à ce sujet une autre fois.  Si jamais vous vous trouvez près de Saumur, assurez-vous de visiter BCBG, mais arrivez tôt car les tables se remplissent très rapidement et à juste titre.

J’ai contacté BCBG dans l’espoir d’obtenir des réponses à quelques questions, mais je crains que ma traduction Google ne soit quelque peu faible, associée à une période extrêmement chargée pour eux.  Je n’aurai plus qu’à rentrer.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s